Golon Books Home / Home Page / About Anne / Back to Obituary Index

Anne Golon : 17th December 1921 - 14th July 2017 : R.I.P.

La mère de toutes les Angéliques*

Anne Golon possibly 1970s

Keeping the biggest secret in the literary world!

Friday, 14th July 2017 – Bastille Day in all of France, my wedding anniversary in my little piece of Hucknall. The day started quietly as it isn’t much of a significant anniversary for us but we were going to celebrate anyway why not? I was on a bit of tight deadline as I wanted to have my computer ‘chores’ out of the way before settling down to watch the Men’s Singles semi-finals at Wimbledon and to see what dramas were to unfold. They did of course but my own unfolding drama eclipsed it all – it came in the form of a message via Facebook. The message came through around 9am but I couldn’t access it before midday as I had to deal with some computer issues which took the best part of two hours to sort out (always happens when I’m in a hurry). The message was from Israel and informed me that my favourite living author Anne Golon ‘La mère de toutes les Angéliques’ had died earlier that morning.

What to do next? Speak to the family, see how I can help. I was lucky, I reached Anne’s daughter Nadine on first try, she was still at the hospital and asked me to delay informing the English speaking fanbase until they had decided how they would release the information to the world. It wasn’t until I had finished our conversation that I realised the enormity of the information I now possessed! Anne Golon, journalist, co-creator (with late husband Serge – hence the pseudonym ‘Sergeanne Golon’) of the most famous ‘half angel, half devil, wholly woman’ creation known as ‘Angélique’, author attributed to having written more combined words than Alexandre Dumas, was dead and at that point in time I was the only person in the whole of the UK who possessed that information, worse still I had been made to promise that I would not reveal the news to the fanbase.

I interpreted that as meaning I could not go public with the information. My sister and my husband also knew and cherished Anne and my ‘boss’ the President of the ‘Friends of Angélique’ fan club which has existed since around 1999 has also been involved with the Golon family over the years. My first instinct was to let Joyce know as we both administer the fan base – she taking on the Americas and Yahoo group and me having responsibility for Europe and Fb. New England time is quite compatible with UK so she quickly picked up my message and I was able to share some of the burden with her. When my husband came into the house I told him and he immediately asked if I had contacted my sister yet? As we were seeing her later I said I would tell her face to face rather than over the phone.

So, there we were, around 7pm, sitting in silence over our anniversary dinner, each of us silently mulling over the great secret that could not yet be released. It was a deeply surreal feeling and the room closed in on us waiting for something to break the silence or change the direction of thought. Not only did the loss of the author weigh heavily on us, but we were also remembering our own parents and the loss we felt at their deaths. Anne Golon, like many before her was first a daughter, then a sister, a wife, mother and grandmother in addition to her great fame as a journalist, war heroine and author.

For the following 36 hours I kept an eye on the internet and on the French equivalent Fan page on Fb intending to take my cue from the general release of information. Unfortunately, on Sunday morning a French speaking fan had spotted the headlines and brutally announced the news to a stunned Fb fan base. The rest of the morning was spent launching a damage limitations exercise and to put into motion the Condolence page I had already prepared on Fb prior to the news leaking.

I remember Anne with great fondness once I had got over the awesomeness of meeting her and the heroine-worshipping I had lavished upon her. Anne always enjoyed the company of, and liked meeting her readers, but she eschewed the adulation. This was a thoughtful woman who would never sign an autograph until she had discovered something about the person requesting it so that she could dedicate something very personal and appropriate to the recipient. RIP wonderful, wonderful lady.

J Anna Ludlow (submitted to the Hucknall Dispatch) 17th July 2017

Tribute by Artist Dara to Anne Golon

Image courtesy and © of the Manga Artist Dara who pays tribute to Anne Golon "I dedicate this picture of Angelique to her creator, Anne Golon, who left us last Friday. I measure the chance we had to work on this beautiful project with Olivier Milhaud and Nicolas Forsans. Angelique is eternal but alas not men..."

Anne Golon, author of the Angelique novels – obituary

Telegraph Obituary page

The Telegraph - the only British newspaper to publish an obituary of Anne Golon until the Times followed on 31st July 2017 (see below)

The Daily Telegraph - 23rd July 2017

Anne Golon, who has died aged 95, was the author of one of the most popular French series of novels of modern times, the adventures of Angélique, Marquise des Anges; although largely unknown now to Anglophone readers, except for a stalwart band of devotees, in their heyday during the Sixties the books are said to have sold more than 100 million copies. In their English translations, the exploits of the ravishing and indeed oft-ravished Angélique, which take place during the reign of Louis XIV, acquired the reputation of being racy historical romances akin to Forever Amber, or even erotica.

This was played up by their publishers, who gave them cover art in which embonpoint and negligées featured prominently, and partly explains why second-hand copies often command high prices. The works’ merits were further undermined in English by a swashbuckling approach to their editing which, in one book, stretched as far as the complete excision of an important character. Moreover, without consulting the author, the name under which they appeared in English was changed to “Sergeanne Golon”, that being a composite of her name and that of her husband, a well-born Russian exile, who did much of the historical research. The marketing department had decided that the books would sell more if they were thought to have been written by a man.

All of this was far removed from the proto-feminist intentions of Anne Golon, who had been inspired to write by the success of Margaret Mitchell in describing, in Gone with the Wind, history from the viewpoint of a heroine. Angélique de Sancé de Monteloup is the free-spirited daughter of a provincial nobleman married off (in a nod to the French fairy tale Beauty and the Beast) to an older, hideously scarred aristocrat said to be a sorcerer. Gradually she comes to know and fall in love with her husband, and when he falls foul of the regime and is burned at the stake, she uses her wiles to regain her rightful position at Versailles. Later the scene moves to the harem of Morocco’s sultan, but other episodes are perhaps more surprising, such as a lengthy immersion in the New World and Angélique’s entrepreneurial introduction of chocolate to the masses.

Undoubtedly it was her strong-willed personality which captivated, and continues to captivate readers. Yet even if modern critics were snippier about the novels, dismissing them as populist, Golon’s concern for historical accuracy, and her handling of a panoramic cast of 1,350 characters, raises them closer to the level of, among English authors, Dorothy Dunnett rather than Jean Plaidy. The saga eventually comprised 13 volumes, was translated into more than 30 languages, spawned a musical, Japanese manga and, beginning in 1964, half-a-dozen successful films, starring a Bardotesque Michèle Mercier. Even so, Golon seemed rarely satisfied with the other apparitions of her heroine and, in an echo of Angélique’s arc, conflict with her publishers eventually led to an old age dominated by lengthy litigation and lived in comparative penury.

She was born in Toulon on December 17 1921 as Simone Changeux. Her mother was a fine pianist and a grand-daughter of “Champagne Charlie”, Charles Heidsieck. Her father was a naval officer. He had an interest in aviation and Simone – who was often absent ill from school and became keener on writing and painting – got her first taste of publishing when she coloured in by hand an edition of 500 aerial maps drawn by her father. Writing as Joëlle Danterne, the first of several pen names, she published her first novel when she was in her early twenties. By then France had been occupied by the Germans, and she made a bold tour across much of the country by bicycle, wanting to set foot in a free country – Spain. With characteristic determination (she was somewhat short in stature), she persuaded a German officer to let her briefly across the border on the basis that her motives were artistic in nature. Oppression and fanaticism were to become mainsprings of her later work.

After the war, she wrote screenplays, further books and helped to set up a magazine, in 1947, travelling to the Congo as a freelance reporter. There she met her future husband, Vsevolod Sergeyevich Goloubinoff, who was almost 20 years her senior. Born in what is now Uzbekistan, the émigré son of a Tsarist official, he claimed to speak 11 languages and was working as a geologist. They returned together to France but he struggled to find employment and they decided to write a best-seller together. Living by selling articles to educational journals, they did much of the research for the first Angélique novel in the library at Versailles.

Anne Golon (as she became) had grown up near the chateau. The book, which ran to almost 800 pages, was published first in Germany in 1956, then in France the following year and in America the year after that. Its success allowed the Golons to move to Switzerland, where food was more readily available for their young family. Serge Golon became a painter, and did research on varnishes and colours, but while they were visiting Quebec in 1972 he died. Anne Golon continued the series without him, publishing four more novels before 1985, of which the tenth, Angélique and the Ghosts, was the last to appear in English.

Thereafter her profile declined, both in France and abroad, until in the 1990s she attracted headlines by suing her publishers, the giant conglomerate Hachette, for return of her copyrights to the books. This became in itself a long-running epic, not finally resolved until 2006. Among the allegations that she made was that she had been for years grossly cheated of royalties owed her. She said she had proof that in Russia alone 15 million copies of her books had been sold in the early 1990s, while she struggled to pay the rent on her flat. She eventually arrived at a settlement of her claim and the copyrights reverted to her.

Sustained by the support online of many fans that previously she did not know that she had, she had worked in recent years (always in pen) on a definitive version of the texts of the books. She was said to be writing two more as well so as to conclude the story. Anne Golon was appointed to the Légion d’Honneur in 2010. In 2013, a new film of Angélique was released in France. Yet while, unlike in the Sixties, she was at least invited to its premiere, it disappointed her hopes that it would be more faithful to her own conception of her heroine as not merely opportunistic. But she was an optimist and latterly had thought that the series could be well adapted for television.

Her two sons and two daughters survive her. Anne Golon, born December 17 1921, died July 14 2017

Actual Telegraph Obit

Anne Golon - Co-author of the Angélique novels, steamy sagas set in 17th-century France that sold millions of copies in dozens of languages

The Times Obit

The Times - 31st July 2017

Her flashing, emerald green eyes drive men to deeds of unheard-of gallantry; her blond hair trails through adventure after adventure, each more exciting, exotic — and, yes, erotic — than the last. Such is Angélique, the creation of Anne Golon and Serge, her husband.

Angélique, the subject of more than a dozen books, is a ravishing beauty who 17th-century men from Louis XIV to humble policemen find irresistible. Her exploits and love affairs were eagerly followed by millions of readers and turned into films, although in truth the tales were produced to a formula which decreed that Angélique be seduced by at least a dozen men as well as committing adultery, bigamy, blackmail and treason.

When the plot switched to Morocco and the sultan’s harem (Angélique and the Sultan, 1960), in which Angélique stabs the ruler as he tries to force himself on her, the books drew on Serge’s experiences from his travels in north Africa; and when Angélique heads for the New World, the Golons took themselves across the Atlantic to research the finer details, driving from Quebec to New York in the process.

With the exception of Angélique, every main character was a carefully researched real person from history. The authors not only plotted their tales on paper, they had a complex collection of matchsticks on their desk, each representing a character, that diminished as they died or were killed off.

Golon was born Simone Changeux in Toulon, southeast France, in 1921, where her father, Pierre Changeux, a captain in the French navy, was posted. She recalled him being “crazy about the new motor planes and all kinds of machines which would increase the potential of the French army”. He published a book of aerial drawings, but the military refused to pay for colour printing, so ten-year-old Simone was entrusted with colouring in the maps for more than 500 copies. Her mother, who was the granddaughter of Charles “Champagne Charlie” Heidsieck, the founder of the eponymous champagne house, was a virtuoso pianist.

Changeux was a sickly child and she often missed school, staying at the family’s home in Versailles, west of Paris. Yet she was an avid painter and writer, and her first book, a memoir called Au pays de derrière mes yeux (1943), was written when she was 18 and published five years later under the pen name Joëlle Danterne. From then on her family called her Joëlle.

During the war she cycled through occupied France to Spain, staying in convents. “I wanted to see other places,” she said, “and I wanted to cross France from one side to another.” On one occasion she was arrested by the occupying Germans. “I was taken into a castle, questioned and put in jail with another woman,” she recalled. “They hoped we would speak and give things away. I told the commandant I just wanted to put one foot in Spain because it was a free country.” Not only did the commandant believe her story when she told him that her interests lay in nature and architecture, but he also recommended sculptures and churches for her to visit.

She returned to Paris, founded a magazine, contributed to newspapers and wrote novels. In 1949 she won a literary award for La patrouille des Saints Innocents, an adventure that had been published two years earlier, and chose to spend her prize money exploring what is now the Republic of the Congo, hoping to return with material to sell to French newspapers.

Within two weeks off her arrival at a remote jungle station she had been whisked off her feet by Vsevolod Sergeyevich Goloubinoff, a Uzbek-born Russian aristocrat about 18 years her senior whose father had been a consul to the tsar. They were married in Pointe-Noire, Congo’s second city, and when they returned to France they lived in Versailles, close to the palace. At first Serge, as he was soon known, was denied a work permit and they had to live off her earnings and royalties.

The Angélique saga began in the offices of Opera Mundi, a Paris publisher, where the impecunious Serge had submitted a manuscript on his experiences as a mining engineer in Africa, but was receiving a cool reception. “Why not write an historical novel?” suggested the publisher. “They are the bestsellers. Study some and find their formula.”

Serge and Anne took that advice and studied several books including Gone With the Wind. They then spent two years in the library at Versailles, researching French life in the 17th century. While Anne brought much of the colour and detail to the page, Serge worked out the formulas for emotions and suspense as well as perfecting a style of rhythm that would work for translation. Their first volume, Angélique, Marquise des Anges (Angélique, the Marquaise of the Angels), which stretched to more than 800 pages with every word initially written by hand, was published in Germany in 1956 “by Anne Golon”, another of her pen names. It appeared in France the next year under both names and in the US the year after that. After much dispute with the publisher over whether a man’s name or a woman’s would sell better, they settled on “Anne et Serge Golon”, which became Sergeanne Golon when the book appeared in English.

In 1964 the first Angélique film, directed by Bernard Borderie, was shot in Paris. It was described at the time as “the most expensive French film ever made”. Before long the couple could afford to move to a mountain-top villa in Switzerland, where they brought up their four children — Pierre, Marina, Cyrille and Nadine, who latterly supported her mother. Anne described how they were a “very modern” couple. “When I was working all day, he took care of the children so that I could be free to do my work,” she said. Gradually Serge concentrated more on painting and research, while increasingly Anne wrote the novels alone, although they still appeared under joint names.

Serge died suddenly in 1972 while they were in Quebec, researching the tenth Angélique book. However, Anne continued with the series, which eventually ran to 13 volumes and was translated into more than 30 languages. Despite the books’ popularity and huge sales, her daughter Nadine was astonished in the 1990s to find her mother living in poverty. The family now brought a civil case against Hachette, which had bought out Opera Mundi in 1982, for unpaid royalties. It dragged on for decade, a saga in its own right, until being settled in 2006.

Anne Golon, author, was born on December 19, 1921. She died on July 14, 2017, aged 95

Anne Golon, créatrice d’«Angélique», a rejoint les anges

L’auteure de la série «Angélique», saga traduite dans une trentaine de langues, est décédée à Versailles. Anne Golon avait 95 ans. La romancière française Anne Golon, auteur de la série «Angélique», est morte vendredi à l’âge de 95 ans à Versailles (banlieue ouest de Paris), a annoncé dimanche à l’AFP sa fille, Nadine Goloubinoff. Cette saga traduite en une trentaine de langues, classique de la littérature populaire et roman de référence sur le XVIIe siècle, fut une des plus belles réussites éditoriales de tous les temps, avec une centaine de millions de lecteurs dans le monde, du Japon à la Russie.

Née le 17 décembre 1921, Anne Golon est décédée des suites d’une péritonite, a précisé sa fille. Elle était jusque-là encore assez active: elle a participé à une séance de dédicace en avril et donné sa dernière interview en mai, indique Nadine Goloubinoff. La romancière avait créé le personnage d’«Angélique, marquise des Anges» avec son mari Serge, décédé en 1972. Treize épisodes furent publiés, de 1957 à 1985. Anne Golon considérait cependant que le cinéma - et certaines traductions - avaient dénaturé et rendu «niais» le personnage d’Angélique qui, selon elle, est une battante éprise de liberté. En 2009, elle a publié une version définitive de la saga.

Dans les années 90, elle entra aussi en conflit avec son éditeur Hachette qui, selon elle, lui versait, à travers ses filiales, des sommes sans rapport avec les ventes réelles. Elle ne récupéra ses droits qu’en 2006. Fille d’un officier de marine, Simone Changeux, de son vrai nom, était née à Toulon. Très jeune, elle écrit et se passionne pour l’histoire. Elle publie plusieurs romans durant les années 40. Après la guerre, elle crée une revue, France-Magazine.En 1947, au cours d’un reportage, elle rencontre au Congo Vsevolod Sergeïvich de Goloubinoff, un géologue brillant et touche-à-tout. Ils auront quatre enfants. En France, ils décident d’écrire un grand roman populaire, «Angélique». Simone rédige, Serge s’occupe de la documentation. Golon sera leur nom de plume.

Le premier livre paraît curieusement d’abord en Allemagne en 1956 puis en France en 1957 et aux Etats-Unis en 1958. Le succès est immédiat. «Angélique» a été depuis adapté en comédie musicale, en opéra ou encore en manga. Source : lavenir.net

La romancière Anne Golon, auteure de la série Angélique, est décédée

L'auteure de la saga populaire Angélique est morte à 95 ans. Ses livres et leurs adaptations ont fait le tour du monde avec une centaine de millions de lecteurs.

La romancière Anne Golon, auteure de la série Angélique, est morte vendredi à Versailles à l'âge de 95 ans, a annoncé ce dimanche sa fille, Nadine Goloubinoff. Née le 17 décembre 1921, Anne Golon a succombé à la suite d'une péritonite, a précisé sa fille. Elle était jusque-là encore assez active, participant à une séance de dédicace en avril. Elle a même donné sa dernière interview en mai dernier. 

Multiple adaptations de la saga

La romancière avait créé le personnage d'Angélique, marquise des Anges avec son mari Serge, mort en 1972. Treize épisodes furent publiés, de 1957 à 1985. Ce classique de la littérature populaire fut une des plus belles réussites éditoriales de tous les temps. Il a séduit une centaine de millions de lecteurs dans le monde et a été traduit en une trentaine de langues.

Cinq Angélique furent aussi tournés au cinéma entre 1964 et 1968 par Bernard Borderie. Le rôle d'Angélique était tenu par Michèle Mercier et celui du comte Joffrey de Peyrac par Robert Hossein. Le dernier Angélique au cinéma, avec Gérard Lanvin, est sorti en 2013. Des adaptations qui n'étaient vraiment du goût d'Anne Golon qui considérait que le cinéma, et certaines traductions, avaient dénaturé et rendu "niais" le personnage d'Angélique. Selon elle, son héroïne était une battante éprise de liberté.  Cela n'empêchera pas une adaptation en comédie musicale, en opéra ou encore en manga. 

Un succès rapide

Fille d'un officier de marine, Simone Changeux, de son vrai nom, était née à Toulon. Très jeune, elle écrit et se passionne pour l'histoire. Elle publie plusieurs romans durant les années 40. Après la guerre, elle crée une revue, France-Magazine. En 1947, au cours d'un reportage, elle rencontre au Congo Vsevolod Sergeïvich de Goloubinoff, un géologue brillant et touche-à-tout. Ils auront quatre enfants. En France, ils décident d'écrire un grand roman populaire, Angélique. Simone rédige, Serge s'occupe de la documentation. Golon sera leur nom de plume. Le premier livre (coupé en deux volumes de 500 pages chacun) paraît curieusement d'abord en Allemagne en 1956 puis en France en 1957 et aux Etats-Unis en 1958. Le succès est immédiat.  Source : lexpress.fr 

Anne Golon, femme de combat, comme son héroïne Angélique

Culture - Histoire

Auteur d'une des plus belles réussites éditoriales de tous les temps avec la série des "Angélique", Anne Golon, morte vendredi à 95 ans, était une femme de combat, à l'image de la célèbre Marquise des Anges. Encore assez active - elle avait accordé en mai une dernière interview -, la romancière a succombé des suites d'une péritonite vendredi à Versailles, a annoncé dimanche sa fille, Nadine Goloubinoff.

Anne Golon avait créé le personnage d'"Angélique, marquise des Anges" avec son mari Serge, mort en 1972. Publiée en 13 épisodes, l'épopée, mélange de sentimentalité et de cruauté, fut traduite en une trentaine de langues. Elle s'est vendue à une centaine de millions d'exemplaires entre 1957 et 1985, de la Russie au Japon.

La saga raconte les amours contrariés, sous Louis XIV, de la fille d'un hobereau du Poitou qui, à 17 ans, est mariée au comte Joffrey de Peyrac, plus âgé qu'elle, balafré et boiteux. Ce couple improbable va se perdre souvent mais toujours se retrouver, sans doute une des clés du succès. Anne Golon a écrit "Angélique" grâce à Margaret Mitchell, expliquait-elle: "Avec + Autant en emporte le vent +, elle prouvait qu'une femme pouvait rendre l'Histoire intéressante, autour d'une héroïne de caractère. J'ai choisi le XVIIe siècle car il était peu utilisé". .......

En France, ils travaillent tous deux à des récits historiques vendus au Parisien Libéré et se lancent dans la rédaction d'un grand roman populaire, "Angélique". Simone écrit, Serge assure les recherches. Golon sera leur nom de plume. "Angélique, marquise des Anges" paraît d'abord en Allemagne en 1956 et en France un an plus tard. Les critiques snobent l'ouvrage mais l'un d'eux compare l'auteur à Alexandre Dumas ! "Sous couvert de roman d'aventure, la saga est une œuvre initiatique, parlant de liberté de foi, de vie, combattant de bout en bout le fanatisme religieux", dit aujourd'hui sa fille Nadine. Le succès est immédiat. Le mythe d'Angélique s'installe, venant après l'engouement pour la "Caroline Chérie" de Cécil Saint Laurent. "Angélique" sera adaptée en comédie musicale, opéra et même manga. Le couple a écrit une dizaine de volumes. Après la mort de Serge, Anne poursuit la série. Elle la termine en 1985 avec "La victoire d'Angélique".

Source : ladepeche.fr read more here of this frank and final interview by Anne Golon

Anne Golon, l'autre Angélique du Marais

Anne Golon in 1990

Anne Golon en 1990, invitée d'honneur de la Raballée au mighot, était venue à Celles-sur-Belle. Elle rêvait alors d'une série télé adaptée des aventures d'Angélique.

Décédée ce week-end, l’auteur d’ “Angélique, marquise des anges” a situé une partie de sa saga dans le Poitou, qu’elle avait découvert durant la guerre. Elle est née à Toulon et est décédée le week-end dernier à Versailles. C'est pourtant avec les Deux-Sèvres et le Poitou qu'Anne Golon, créatrice d'«Angélique marquise des anges », avait créé des liens particuliers. Ne serait-ce que parce qu'elle y a situé une partie de sa saga. Le prénom d'Angélique, l'héroïne popularisée au cinéma par Michèle Mercier, avait d'ailleurs été choisi en référence à la plante emblématique de Niort et du Marais poitevin.

Anne Golon, née en 1921, est décédée le 14 juillet dernier. Elle est l'auteur de la série historique des Angélique, qui compte treize volumes. Cette saga populaire publiée entre 1957 et 1984, a été traduite en une trentaine de langues et a été vendue à une centaine de millions d'exemplaires. Elle a été adaptée au cinéma avec dans le rôle-titre Michèle Mercier, et Robert Hossein dans celui de Joffrey de Peyrac, son époux. Cinq films ont été réalisés entre 1964 et 1968. Un sixième signé Ariel Zeitoun est sorti en 2013 avec Nora Arnezeder et Gérard Lanvin.

Source : la Nouvelle République.fr read more here of this sympathetic portrayal of Anne Golon

Disparition de Anne Golon, notre Marquise des Anges...

Anne Golon n’était pas seulement la Marquise des Anges. Pour nous, à Onirik, c’était surtout une romancière toujours à l’écoute de son public, toujours curieuse de rencontres et d’échanges avec d’anciens ou de nouveaux lecteurs.

A chaque dédicace se croisaient nombre de générations. Les lecteurs de la première heure, dès 1957, ainsi que de très jeunes esprits avides de bonne littérature. Que ceux qui ne l’ont pas lue cessent de cataloguer une fois pour toutes. Si ses héros ont un charisme jamais égalé en littérature, cela n’enlève rien aux qualités littéraires de ses romans, à la richesse de ses recherches historiques (longtemps inégalées en France) notamment sur les Indiens du Québec. On oublie trop volontiers que l’œuvre d’Anne Golon ne se résume pas qu’aux cinq films maladroitement adaptés dans les années 60, ni qu’à la seule Angélique d’ailleurs. Anne Golon c’est plus de 70 ans d’écriture, d’une plume sensible, résolument féministe et moderne. Espérons que les éditeurs lui rendront justice en publiant enfin son œuvre intégrale. Source : Claire Saim Onirik

La romancière Anne Golon, auteure de la célèbre série "Angélique", est morte

Les aventures d'Angélique, surnommée "marquise des anges", avaient séduit des centaines de millions de lecteurs dans le monde et connu le succès au cinéma.

La romancière Anne Golon, auteure de la série Angélique, est morte vendredi 14 juillet à Versailles, à l'âge de 95 ans, des suites d'une péritonite, a annoncé sa fille, Nadine Goloubinoff, à l'AFP dimanche. Cette saga historique traduite en une trentaine de langues, classique de la littérature populaire et roman de référence sur le XVIIe siècle, fut une des plus belles réussites éditoriales de tous les temps, avec une centaine de millions de lecteurs dans le monde, du Japon à la Russie. Read more from France TV here

Mort de l'auteure de "Angélique, Marquise des Anges", la romancière Anne Golon

La romancière Anne Golon, auteur de la série "Angélique", est morte vendredi à Versailles à l'âge de 95 ans, a annoncé dimanche à sa fille, Nadine Goloubinoff. Romancière précoce, Anne Golin avait été reporter en Afrique. Classique de la littérature populaire, roman de référence sur le XVIIe siècle, cette saga traduite en une trentaine de langues s'est vendue à une centaine de millions d'exemplaires dans le monde entre 1957 et 1985.

Née en 1921 à Toulon, Anne Golin avait passé son enfance à Cherbourg et Versailles et commencé à écrire précocement : à 18 ans,  elle avait publié son premier livre, "Au pays de derrière mes yeux". Suivirent plusieurs romans d'aventure. Reporter free lance en Afrique à la fin des années 40, elle y avait rencontré en brousse son mari, l'ingénieur des mines Vsevolod Sergeïvich, qui maniait également la plume sous le nom de Serge Golon.

Angélique, belle réussite éditoriale internationale

En 1952, épaulée par son mari chargé des recherches historiques, elle entreprit l'écriture d'un roman sur une certaine Angélique, surnommée Marquise des Anges, contemporaine de Louis XIV. La saga raconte les amours contrariés de la fille d'un hobereau du Poitou, mariée à 17 ans au compte Joffrey de Peyrac, plus âgé qu'elle, balafré et boiteux. Cette saga historique fit l'objet de 13 tomes, parus entre 1953 et 1985. Traduite en une trentaine de langues, cette série reste une des plus belles réussites éditoriales de tous les temps.

Anne Golan, auteure trahie

Les aventures d'Angélique ont été adaptées avec succès au cinéma, avec pas moins de cinq films, dans les années soixante. Mais Anne Golan s'estimait trahie par ces films qu'elle qualifia de "misogynes". Elle avait imaginé une Angélique intrépide, une femme de combat luttant pour sa liberté, et le cinéma en avait fait selon elle une "petite putain" et une "niaise".

Anne Golon dut par ailleurs se battre pendant des années pour faire valoir ses droits d'auteur qu'elle ne récupéra qu'en 2006. Constatant aussi que ses anciens éditeurs à l'étranger avaient pris la liberté de couper certaines parties de ses textes originaux, voire de rajouter des séquences "pornographiques", elle avait entrepris de les reprendre depuis le début. Six tomes de cette série d'Angélique "augmentée" ont été publiés aux éditions de l'Archipel. Source : francetvinfo.fr

La romancière Anne Golon nous a quittés

La maman d'"Angélique, marquise des Anges", est décédée vendredi à l'âge de 95 ans.

Anne Golon, auteure de la série "Angélique", est décédée vendredi dernier à l'âge de 95 ans. Née en 1921, la romancière avait créé le personnage d'Angélique avec son mari Serge, mort en 1972. Entre 1957 et 1985, Anne Golon avait écrit treize épisodes des histoires de la marquise des Anges. De ses livres, cinq films furent adaptés entre 1964 et 1968 par le réalisateur Bernard Borderie, avec Michèle Mercier dans le rôle titre.

Toutes nos pensées à la famille et aux amis de la romancière. Source : cinetelerevue.be

Anne Golon est morte: décès de l'auteure de la série "Angélique" à 95 ans

Sa saga traduite en une trentaine de langues fut une des plus belles réussites éditoriales de tous les temps.

DÉCÈS - La romancière Anne Golon est morte. Auteure de la série "Angélique", l'écrivaine est décédée vendredi 14 juillet à Versailles à l'âge de 95 ans, a annoncé ce dimanche 16 à l'AFP sa fille, Nadine Goloubinoff. Classique de la littérature populaire, roman de référence sur le XVIIe siècle, cette saga traduite en une trentaine de langues fut une des plus belles réussites éditoriales de tous les temps, avec une centaine de millions de lecteurs dans le monde, du Japon à la Russie. Read more at the Huffington Post here

Mort d'Anne Golon, la romancière qui a créé Angélique, marquise des anges

Avec son héroïne, elle a passionné une centaine de millions de lecteurs dans le monde, du Japon à la Russie.

C'est elle qui a donné vie au personnage mythique d'Angélique, marquise des anges : la romancière Anne Golon est morte vendredi 14 juillet à Versailles, à l'âge de 95 ans. Une triste nouvelle annoncée par sa fille Nadine Goloubinoff à l'AFP. Elle a succombé aux suites d'une péritonite, a précisé sa fille. Elle était jusque-là encore assez active, participant à une séance de dédicace en avril, donnant sa dernière interview en mai, a dit Nadine Goloubinoff. La romancière avait créé le personnage d' "Angélique, marquise des Anges" avec son mari Serge, mort en 1972. Treize épisodes furent publiés, de 1957 à 1985. La saga Angélique traduite en une trentaine de langues, classique de la littérature populaire et roman de référence sur le XVIIe siècle, fut une des plus belles réussites éditoriales de tous les temps, avec une centaine de millions de lecteurs dans le monde, du Japon à la Russie. Source PurePeople read more here

Anne Golon, l'auteur de la série "Angélique", est décédée

La romancière est morte vendredi 14 juillet à Versailles, à l'âge de 95 ans. Sa saga a été traduite en une trentaine de langues.

La romancière Anne Golon, auteur de la série Angélique, est morte vendredi 14 juillet à Versailles, à l'âge de 95 ans, a annoncé dimanche à l'AFP sa fille, Nadine Goloubinoff. Née le 17 décembre 1921, Anne Golon a succombé aux suites d'une péritonite, a précisé sa fille. Classique de la littérature populaire, roman de référence sur le XVIIe siècle, cette saga traduite en une trentaine de langues fut une des plus belles réussites éditoriales de tous les temps, avec une centaine de millions de lecteurs dans le monde. Encore assez active, elle avait accordé en mai une dernière interview, la romancière a succombé des suites d'une péritonite vendredi à Versailles, a informé dimanche sa fille, Nadine Goloubinoff.

Anne Golon avait créé le personnage d'« Angélique, marquise des anges » avec son mari Serge, mort en 1972. Publiée en 13 épisodes, l'épopée, mélange de sentimentalité et de cruauté, fut traduite en une trentaine de langues. Elle s'est vendue à une centaine de millions d'exemplaires entre 1957 et 1985, de la Russie au Japon. La saga raconte les amours contrariées, sous Louis XIV, de la fille d'un hobereau du Poitou qui, à 17 ans, est mariée au comte Joffrey de Peyrac, plus âgé qu'elle, balafré et boiteux. Ce couple improbable va se perdre souvent, mais toujours se retrouver, sans doute une des clés du succès.

 »Rendre l'Histoire intéressante »

Anne Golon a écrit Angélique grâce à Margaret Mitchell, expliquait-elle : « Avec Autant en emporte le vent, elle prouvait qu'une femme pouvait rendre l'Histoire intéressante, autour d'une héroïne de caractère. J'ai choisi le XVIIe siècle, car il était peu utilisé. » Au cinéma, Michèle Mercier incarne l'intrépide jeune femme et Robert Hossein, le comte : cinq Angélique, qu'Anne Golon qualifia de « misogynes », furent tournés entre 1964 et 1968. Un autre Angélique, avec Gérard Lanvin, sortit en 2013. Mais ce succès eut un goût amer pour ce petit bout de femme à fort tempérament, coiffée à la Jeanne d'Arc : s'estimant spoliée par ses éditeurs, elle engagea des poursuites judiciaires dans les années 90, qui n'aboutirent qu'après de longues années. Selon elle, Hachette lui versait, à travers ses filiales, des sommes dérisoires sans rapport avec les ventes. En outre, elle s'était aperçue qu'à l'étranger ses textes étaient parfois modifiés, assaisonnés même de « pornographie ». « J'ai été un auteur assassiné. (...) Angélique est un personnage de combat et moi je me sens prête à rejouer David contre Goliath », disait-elle lors d'un des procès. Ce n'est qu'en 2006 qu'elle récupéra les droits, publiant en 2009 une version définitive de la série, qui fit d'Angélique une femme luttant pour sa liberté, et non pas la « petite putain », la « niaise » qu'en firent, selon elle, le cinéma dans les années 60. Simone Changeux, son vrai nom, naît le 17 décembre 1921 à Toulon. Fille d'un officier de marine, elle adore, toute jeune, écrire et lire des livres d'histoire. En 1943, elle publie son premier roman, Au pays de derrière mes yeux.

Golon, un nom de plume

Elle sera, sous le pseudonyme de Joëlle Danterne, un des très rares auteurs féminins de la célèbre collection « Signe de piste », obtenant même un prix. Après la guerre, elle crée une revue et écrit pour le cinéma. En 1947, reporter, elle rencontre au Congo Vsevolod Sergeïvich de Goloubinoff, plus âgé qu'elle - comme Joffrey de Peyrac. Elle s'éprend de cet homme peu banal qui sera le père de ses quatre enfants. Parlant onze langues, cultivé, ce géologue et chimiste de renom prospecte des mines d'or en Asie et en Afrique. En France, ils travaillent tous deux à des récits historiques vendus au Parisien libéré et se lancent dans la rédaction d'un grand roman populaire, Angélique. Simone écrit, Serge assure les recherches. Golon sera leur nom de plume. Angélique, marquise des Anges paraît d'abord en Allemagne en 1956, et en France un an plus tard. Les critiques snobent l'ouvrage, mais l'un d'eux compare l'auteur à Alexandre Dumas ! « Sous couvert de roman d'aventures, la saga est une œuvre initiatique, parlant de liberté de foi, de vie, combattant de bout en bout le fanatisme religieux », dit aujourd'hui sa fille Nadine. Le succès est immédiat. Le mythe d'Angélique s'installe, venant après l'engouement pour la Caroline chérie de Cécil Saint-Laurent. Angélique sera adapté en comédie musicale, opéra et même manga. Le couple a écrit une dizaine de volumes. Après la mort de Serge, Anne poursuit la série. Elle la termine en 1985 avec La Victoire d'Angélique. Source : lepoint.fr

Anne Golon, auteure d’«Angélique, marquise des Anges», est morte

Auteur d’une des plus belles réussites éditoriales de tous les temps avec la série des «Angélique», Anne Golon, morte vendredi à 95 ans, était une femme de combat, à l’image de la célèbre Marquise des Anges.

Simone Changeux, son vrai nom, naît le 17 décembre 1921 à Toulon. Fille d’un officier de marine, elle adore, toute jeune, écrire et lire des livres d’histoire. En 1943, elle publie son premier roman, Au pays de derrière mes yeux. Elle sera, sous le pseudonyme de Joëlle Danterne, un des très rares auteurs féminins de la célèbre collection «Signe de piste», obtenant même un prix. En 1947, reporter, elle rencontre au Congo Vsevolod Sergeïvich de Goloubinoff, plus âgé qu’elle — comme Joffrey de Peyrac, le héros d’Angélique. Elle s’éprend de cet homme peu banal qui sera le père de ses quatre enfants. Parlant onze langues, cultivé, ce géologue et chimiste de renom prospecte des mines d’or en Asie et en Afrique.

En France, ils travaillent tous deux à des récits historiques vendus au Parisien Libéré et se lancent dans la rédaction d’un grand roman populaire, «Angélique». Simone écrit, Serge assure les recherches. Golon sera leur nom de plume. «Angélique, marquise des Anges» paraît d’abord en Allemagne en 1956 et en France un an plus tard. Les critiques snobent l’ouvrage mais l’un d’eux compare l’auteur à Alexandre Dumas ! «  Sous couvert de roman d’aventure, la saga est une oeuvre initiatique, parlant de liberté de foi, de vie, combattant de bout en bout le fanatisme religieux  », dit aujourd’hui sa fille Nadine.

Un succès immédiat pour Angélique

Le mythe d’Angélique s’installe, venant après l’engouement pour la «Caroline Chérie» de Cécil Saint Laurent. «Angélique» sera adaptée en comédie musicale, opéra et même manga. Le couple a écrit une dizaine de volumes. Après la mort de Serge, Anne poursuit la série. Elle la termine en 1985 avec «La victoire d’Angélique». Publiée en 13 épisodes, l’épopée d’Angélique, mélange de sentimentalité et de cruauté, fut traduite en une trentaine de langues. Elle s’est vendue à une centaine de millions d’exemplaires entre 1957 et 1985, de la Russie au Japon. La saga raconte les amours contrariés, sous Louis XIV, de la fille d’un hobereau du Poitou qui, à 17 ans, est mariée au comte Joffrey de Peyrac, plus âgé qu’elle, balafré et boiteux. Ce couple improbable va se perdre souvent mais toujours se retrouver, sans doute une des clés du succès. Source : lavoixdunord.fr read more here

Anne Golon, mère de la série Angélique, est morte

DISPARITION - La romancière française est décédée vendredi 14 juillet à l'âge de 95 ans. Traduite en une trentaine de langues, sa saga Angélique fut l'une des plus belles réussites éditoriales de tous les temps. La romancière française Anne Golon, auteure de la série Angélique, est morte vendredi à l'âge de 95 ans à Versailles. Née le 17 décembre 1921, Anne Golon est décédée des suites d'une péritonite, comme l'a précisé sa fille Nadine Goloubinoff à l'AFP. L'auteure était jusque-là encore assez active: elle a participé à une séance de dédicace en avril et donné sa dernière interview en mai, indique Nadine Goloubinoff.

Sa saga Angélique, traduite en une trentaine de langues, classique de la littérature populaire et roman de référence sur le XVIIe siècle, fut une des plus belles réussites éditoriales de tous les temps, avec une centaine de millions de lecteurs dans le monde, du Japon à la Russie. Source : Le Figaro - read more here

Anne Golon, auteur de la série "Angélique", est décédée

Anne Golon, la romancière auteur de la série "Angélique", est décédée. Elle avait 95 ans. La romancière Anne Golon, auteur de la série "Angélique", est morte vendredi à Versailles à l'âge de 95 ans, a annoncé dimanche à l'AFP sa fille, Nadine Goloubinoff.

Cette saga traduite en une trentaine de langues, classique de la littérature populaire et roman de référence sur le XVIIe siècle, fut une des plus belles réussites éditoriales de tous les temps, avec une centaine de millions de lecteurs dans le monde, du Japon à la Russie.

Née le 17 décembre 1921, Anne Golon a succombé aux suites d'une péritonite, a précisé sa fille. Elle était jusque-là encore assez active, participant à une séance de dédicace en avril, donnant sa dernière interview en mai, a dit Nadine Goloubinoff. La romancière avait créé le personnage d'"Angélique, marquise des Anges" avec son mari Serge, mort en 1972. Treize épisodes furent publiés, de 1957 à 1985.

Cinq "Angélique" furent aussi tournés au cinéma entre 1964 et 1968 par Bernard Borderie. Le rôle d'Angélique était tenu par Michèle Mercier et celui du comte Joffrey de Peyrac par Robert Hossein. Le dernier "Angélique" au cinéma, avec Gérard Lanvin, est sorti en 2013. Anne Golon considérait cependant que le cinéma - et certaines traductions - avaient dénaturé et rendu "niais" le personnage d'Angélique qui, selon elle, est une battante éprise de liberté. En 2009, elle a publié une version définitive de la saga.

Le succès immédiat d'"Angélique"

Dans les années 90, elle entra aussi en conflit avec son éditeur Hachette qui, selon elle, lui versait, à travers ses filiales, des sommes sans rapport avec les ventes réelles. Elle ne récupéra ses droits qu'en 2006. Fille d'un officier de marine, Simone Changeux, de son vrai nom, était née à Toulon. Très jeune, elle écrit et se passionne pour l'histoire. Elle publie plusieurs romans durant les années 40. Après la guerre, elle crée une revue, France-Magazine. En 1947, au cours d'un reportage, elle rencontre au Congo Vsevolod Sergeïvich de Goloubinoff, un géologue brillant et touche-à-tout. Ils auront quatre enfants.

En France, ils décident d'écrire un grand roman populaire, "Angélique". Simone rédige, Serge s'occupe de la documentation. Golon sera leur nom de plume. Le premier livre (coupé en deux volumes de 500 pages chacun) paraît curieusement d'abord en Allemagne en 1956 puis en France en 1957 et aux Etats-Unis en 1958. Le succès est immédiat. "Angélique" a été depuis adapté en comédie musicale, en opéra ou encore en manga. Source : Paris Match

La célèbre romancière Anne Golon, auteur de la série "Angélique" est décédée

La romancière Anne Golon, auteur de la série "Angélique", est morte vendredi à Versailles à l'âge de 95 ans, a annoncé dimanche à l'AFP sa fille, Nadine Goloubinoff.

Cette saga traduite en une trentaine de langues, classique de la littérature populaire et roman de référence sur le XVIIe siècle, fut une des plus belles réussites éditoriales de tous les temps, avec une centaine de millions de lecteurs dans le monde, du Japon à la Russie. Née le 17 décembre 1921, Anne Golon a succombé aux suites d'une péritonite, a précisé sa fille. Elle était jusque-là encore assez active, participant à une séance de dédicace en avril, donnant sa dernière interview en mai, a dit Nadine Goloubinoff.

La romancière avait créé le personnage d'"Angélique, marquise des Anges" avec son mari Serge, mort en 1972. Treize épisodes furent publiés, de 1957 à 1985. Cinq "Angélique" furent aussi tournés au cinéma entre 1964 et 1968 par Bernard Borderie. Le rôle d'Angélique était tenu par Michèle Mercier et celui du comte Joffrey de Peyrac par Robert Hossein. Le dernier "Angélique" au cinéma, avec Gérard Lanvin, est sorti en 2013. Anne Golon considérait cependant que le cinéma - et certaines traductions - avaient dénaturé et rendu "niais" le personnage d'Angélique qui, selon elle, est une battante éprise de liberté. En 2009, elle publie une version définitive de la saga.

Dans les années 90, elle entra aussi en conflit avec son éditeur Hachette qui, selon elle, lui versait, à travers ses filiales, des sommes sans rapport avec les ventes réelles. Elle ne récupéra ses droits qu'en 2006.

Fille d'un officier de marine, Simone Changeux, de son vrai nom, était née à Toulon. Très jeune, elle écrit et se passionne pour l'histoire. Elle publie plusieurs romans durant les années 40. Après la guerre, elle crée une revue, France-Magazine. En 1947, au cours d'un reportage, elle rencontre au Congo Vsevolod Sergeïvich de Goloubinoff, un géologue brillant et touche-à-tout. Ils auront quatre enfants. En France, ils décident d'écrire un grand roman populaire, "Angélique". Simone rédige, Serge s'occupe de la documentation. Golon sera leur nom de plume.

Le premier livre (coupé en deux volumes de 500 pages chacun) paraît curieusement d'abord en Allemagne en 1956 puis en France en 1957 et aux Etats-Unis en 1958. Le succès est immédiat. "Angélique" a été depuis adapté en comédie musicale, en opéra ou encore en manga. Source : rtl.be

En souvenir de ... Anne Golon

Anne Golon in Swiss obit

Pour échapper au fisc français, Anne Golon et sa famille ont longtemps vécu à Crans, en Valais, puis à Lausanne. 24heures rencontrait la créatrice d'Angélique en 2006, après la longue procédure judiciaire qui lui avait permis de retrouver ses droits d'auteur.

La romancière française Anne Golon, auteur de la série Angélique, a vécu 30 ans en Valais et à Lausanne. Elle est morte vendredi à Versailles.

Treize épisodes publiés de 1957 à 1985 et traduits dans une trentaine de langues; une centaine de millions de lecteurs, du Japon à la Russie. Avec les aventures de leur célèbre Angélique, marquise des Anges, Anne et Serge Golon – le mari décédé en 1972 – ont créé une saga devenue un classique de la littérature populaire, une série de romans de référence sur le XVIIe siècle. L’héroïne romantique est désormais orpheline: vendredi à Versailles, la romancière est décédée d’une péritonite. Elle avait 95 ans. Durant près de trente ans, la Française avait vécu en Valais et dans la capitale vaudoise, «dans un appartement modeste de la rue Saint-Laurent, entre Ale et Palud» et vivant «sur les économies découlant de ses lointains triomphes en librairie», rappelait, en 2006 dans ces colonnes, le chroniqueur littéraire Gilbert Salem. Angélique constitue l’une des plus belles réussites éditoriales de tous les temps. Cette réussite a toutefois longtemps échappé au contrôle de son auteur, Simone Changeux, de son vrai nom, née en 1921 à Toulon et fille d’un officier de marine. Jusqu’en 2006, celle-ci n’a pu bénéficier légitimement de l’usufruit de son mondial succès.

Très jeune dans les années 1940, cette passionnée d’histoire publie plusieurs romans. Après la guerre, elle crée une revue, France-Magazine. En reportage au Congo en 1947, la femme de plume rencontre alors Vsevolod Sergeïvich de Goloubinoff, un géologue brillant avec qui elle aura quatre enfants. Avec qui elle décidera aussi d’écrire ce grand roman qui sera rapidement adapté au cinéma, deviendra une comédie musicale, un opéra ou encore un manga. Touche-à-tout, l’époux s’occupe de la documentation. Simone rédige. Golon sera leur nom. Le premier livre paraît curieusement d’abord en Allemagne en 1956, puis en France en 1957 et aux Etats-Unis en 1958. Le succès est immédiat. Sur grand écran entre 1964 et 1968 et depuis des décennies à la télévision – oublions le piètre remake de 2013 –, Angélique reste immortalisée par Michèle Mercier.

Anne Golon a toujours considéré que le cinéma – tout comme certaines traductions – avait dénaturé et rendu «niais» son personnage. Selon elle, Angélique était une battante éprise de liberté. Dans les années 90, l’auteur entrera d’ailleurs en conflit avec son éditeur Hachette qui, à travers ses filiales, lui aurait versé des sommes sans rapport avec les ventes réelles. Après une longue procédure et au terme d’un dédommagement financier dérisoire, l’auteur finira par récupérer toutefois l’entier de ses droits. Trois ans plus tard, elle publiera, d’ailleurs, une version définitive de la saga. Source : hommages.ch

Meghalt Anne Golon, az Angelique-regények szerzője

A francia írónő 95 éves volt. A 17. században játszódó könyvek szerzője pénteken halt meg Versailles-ben.

Golon férjével, Serge Golonnal alkotta meg az ötvenes években Angelique figuráját. A lektűrsorozat első regénye 1957-ben jelent meg Franciaországban, magyarul Angélique, az angyali márkinő címmel publikálták. A kötetet 12 folytatás követte, az utolsó 1986-ban látott napvilágot, közben Serge Golon 1972-ben elhunyt. A regénysorozatot 30 nyelvre fordították le, mintegy százmillió olvasója volt világszerte. A hatvanas évek elején készült belőle az első film, Michele Mercier főszereplésével. 2013-ban ugyancsak Angelique címmel forgattak romantikus, kosztümös francia kalandfilmet Nora Arnezeder és Gerard Lanvin főszereplésével a regények nyomán.

Az Angelique-sorozat háttere a 17. századi Franciaország. Az angyali márkinőt apja férjhez adja a dúsgazdag, titokzatos Peyrac grófhoz, akinek vagyona még a Napkirály udvarában is szemet szúr. A kényszerházasságból szerelem szövődik, és a pár számos kalandot él át együtt. Source : teol.hu

Elhunyt Anne Golon, az Angelique-regények szerzője

Elhunyt 95 évesen Anne Golon, a 17. században játszódó Angelique-regények szerzője. A francia írónő pénteken halt meg Versailles-ben.

Golon férjével, Serge Golonnal alkotta meg az ötvenes években Angelique figuráját. A lektűrsorozat első regénye 1957-ben jelent meg Franciaországban, magyarul Angélique, az angyali márkinő címmel publikálták. A kötetet 12 folytatás követte, az utolsó 1986-ban látott napvilágot, közben Serge Golon 1972-ben elhunyt. A regénysorozatot 30 nyelvre fordították le, mintegy százmillió olvasója volt világszerte. A hatvanas évek elején készült belőle az első film, Michele Mercier főszereplésével. 2013-ban ugyancsak Angelique címmel forgattak romatikus, kosztümös francia kalandfilmet Nora Arnezeder és Gerard Lanvin főszereplésével a regények nyomán.

Az Angelique-sorozat háttere a 17. századi Franciaország. Az angyali márkinőt apja férjhez adja a dúsgazdag, titokzatos Peyrac grófhoz, akinek vagyona még a Napkirály udvarában is szemet szúr. A kényszerházasságból szerelem szövődik, és a pár számos kalandot él át együtt. Source : Life.hu

Anne Golon: Autorin von "Angelique" gestorben

Mit "Angelique" hatte Anne Golon einen der größten Bucherfolge des 20. Jahrhunderts. Die Geschichte der Tochter eines verarmten Adligen wurden in mehr als 40 Ländern verlegt.

Die französische Buchautorin Anne Golon ist tot. Sie starb am Freitag in Versailles im Alter von 95 Jahren, wie die Nachrichtenagentur AFP in Berufung auf die Tochter der Frau berichtete. Die Schriftstellerin war mit ihren Büchern über das Leben der "Angelique" bekannt geworden. Source : diepresse.com read more here

Französische Autorin Anne Golon gestorben

Mit ihren „Angélique“-Romanen gelang der Französin Anne Golon einer der größten Bucherfolge des 20. Jahrhunderts. Jetzt ist die Schriftstellerin gestorben.

Anne Golon starb am Freitag in Versailles im Alter von 95 Jahren, wie die Nachrichtenagentur AFP unter Berufung auf die Familie berichtete. Die Schriftstellerin war mit ihrer Buch-Serie über das Leben der „Angélique“ bekannt geworden. Anne Golon wurde als Simone Changeux in Toulon geboren. Als Journalistin schrieb sie neben Reportagen auch Filmdrehbücher. Während einer Afrikareise im Jahre 1946 lernte sie ihren späteren Mann kennen, den im Iran geborenen Bergbauingenieur und Autor Vsevolod Sergeïvich Goloubinoff, mit dem sie eine erste, erfolgreiche Tiergeschichte verfasste. Angeregt durch ihren Pariser Verleger, wandte sich Golon dann historischen Frauen- und Abenteuerromanen zu. Nach mehrjährigen, eingehendem Milieu- und Quellenstudium in Versailles schrieb sie 1956 zusammen mit ihm den ersten Band ihrer zur Zeit Ludwig XIV. spielenden Erfolgssaga "Angélique". Source : faz.net read more here

Französische Autorin Anne Golon gestorben

Die Autorin der «Angélique»-Romane, Anne Golon, ist tot. Die 95 Jahre alte französische Schriftstellerin starb am Freitag in Versailles an den Folgen einer Bauchfellentzündung, wie ihre Tochter Nadine Goloubinoff am Sonntag der Nachrichtenagentur AFP sagte.

Ihre Mutter sei bis vor kurzem noch sehr aktiv gewesen. Im April sei sie bei einer Signierstunde aufgetreten, im Mai habe sie ihr letztes Interview gegeben. Golon hatte sich die Figur der Angélique mit ihrem Mann Serge ausgedacht, der bereits 1972 starb. Der erste Band über die Erlebnisse der verarmten Adligen im Frankreich des 17. Jahrhunderts erschien 1956 zuerst in Deutschland, bevor er 1957 auch in Frankreich in die Läden kam. Danach folgten bis 1985 zwölf weitere Bände. Die Romanreihe, die mitunter der Trivialliteratur zugeordnet wird, wurde in etwa 30 Sprachen übersetzt und gewann etwa hundert Millionen Leser in aller Welt. Zudem wurden in den 60er Jahren fünf «Angélique»-Abenteuer mit Michèle Mercier in der Hauptrolle verfilmt. 2013 kam ein neuer «Angélique»-Film in die Kinos.

Golon hatte allerdings beklagt, dass die Verfilmungen und einige Buchübersetzungen die Figur der Angélique verzerrt hätten. In Wirklichkeit handele es sich bei ihr um eine freiheitsliebende Kämpferin. Source : nzz.ch

German Obituary

German cutting of an obituary - source unknown

Family Funerary Notification created by Pierre Goloubinoff

Family Obituary created by Pierre Goloubinoff

Image courtesy & © of Pierre Goloubinoff

Obsèques/cérémonie d’adieu en hommage à ma mère, Simone Goloubinoff née Changeux, au nom de plume d’Anne Golon, aura lieu à la cathédrale St. Louis du vieux Versailles,
Le mardi 25 Juillet à 10:30h. L’incinération se fera en début d’après-midi seulement en présence de ces enfants et petits enfants

A funeral ceremony in memory of my mother Simone Goloubinoff (born Changeux), known under the pen name Anne Golon, will take place at the St Louis cathedral of old Versailles on Tuesday July 25th, at 10:30.
Incineration will take place in the afternoon, only in the presence of her children and grand-children.

St. Louis Cathedral Versailles

During the period between the announcement of Anne Golon's death and her internment I placed relevant information and pictures onto the Condolence page created on Fb for the fans to leave their messages - it was nice to receive official approval for my efforts.

Condolence Message approval

Condolence Message approval

Similarly it was nice to be acknowledged by other members of the family for my simple but heartfelt message of condolence 'Nadine - you already know how Andrew, Marysia and I feel for you and the family you cherish. You should also know that a whole world of Angélique fans want you to know how they feel about the loss of your 'maman' - when you have time you will find their thoughts on a special Condolence page created specifically for Anne and you can find it here : https://www.facebook.com/lameredetoutdesangeliques/

* From a 2013 article which appeared in 'Le Monde'

Back to Top / Golon Books Home / Home Page

Page refreshed : 11th August 2017